Azzedine Alaïa, l’Extrait de Parfum Alaïa

Il y a quelques mois, le couturier Azzedine Alaïa se lançait dans le monde des parfums. Son Parfum, Alaïa Paris, était accompagné d’une ligne pour le corps, il s’enrichit d’une formule plus concentrée, l’Extrait de Parfum, pour sublimer et titiller encore plus nos sens.

Alaïa Paris Extrait de Parfum

Alaïa Paris Extrait de Parfum

Alaïa Paris, un grand nom de la mode. Le créateur a participé à cette envolée olfactive dès le départ. Eau de parfum, ligne pour le corps, Alaïa Paris s’agrément d’un Extrait de Parfum qui interprète de façon plus charnelle le parfum originel.

Alaïa Paris Extrait de Parfum possède des notes animales et muscs avec des facettes baumées et vanillées. Il fait partie de la famille florale musquée. Son parfumeur est Marie Salamagne de Firmenich.

Le flacon reprend le motif emblématique des créations du couturier avec son verre noir perforé translucide. Le perforé est présent dans les collections des années 80 des corsets de cuir. Le capot cristallin dissimule une dague en verre, une bobine de fil en métal or, véritable gestuelle de parfumage pour ce bel Extrait. Ce flacon a été conçu par Azzedine Alaïa et le designer Marin Szekely. L’étui, quant à lui, reprend la couleur chair, teinte fétiche d’Azzedine Alaïa. Les lettres noires sobres se détachent.

Alaïa Paris Extrait de Parfum

Alaïa Paris Extrait de Parfum

Le visuel de la campagne représente des vêtements ondoyants et nacrés. Quand elle marche, elle interprète, comme qui dirait, une danse. Le couturier a sélectionné une de ses robes mythiques, la Houpette, maille stretch et mousse viscose duveteuse, datant de la collection printemps-été 1994. La robe Houpette avait suivi les robes à bandes, s’inspirant des momies égyptiennes, du milieu des années 1980. La robe est longue, sinueuse avec un décolleté majestueux dénudant les épaules, isolant le port de tête. Elle s’appuie sur l’axe blanc central, faisant rayonner élégamment les bandelettes noires, obliques ou horizontales, dessinant la courbe des hanches, révélant la minceur de la taille. La femme est transformée en une femme fatale. Le poème écrit est d’or et de jais. Cette présentation suggère un beau parallèle entre femme et flacon, entre capot et chevelure. Paolo Roversi, le célèbre photographe, a réalisé, encore une fois, un très beau travail jouant avec la lumière. Du noir, la femme et le flacon émergent très lentement et révèlent leur expérience précieuse, rare. Femme et flacon semblent donner accès aux lourdes portes d’un monde mythique, celui d’Azzedine Alaïa.

Un petit com ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s