La rose dans tous ses états


« Mignonne, allons voir si la rose … » Ces vers de Ronsard introduisent une note parfumée.

La rose est cultivée depuis l’Antiquité. Au Moyen-Age, elle est cultivée par les moines. On leur doit la plupart des espèces existantes.
La légende veut que la bataille sur Xerxès, roi des Perses, en 479 av. J.C., fut préparée dans une roseraie par les généraux macédoniens. Son symbole : le secret, est né.

Elle est appréciée dans le monde entier pour sa beauté, autre symbole. Elle exprime la passion et la douceur, la joie et la douleur.

Aujourd’hui 5 000 variétés sont connues. Seulement deux sont utilisées en parfumerie : rose de Damas (Turquie et Bulgarie) et rose de mai (bassin méditerranéen, Grasse).

L’Inde devient un pays producteur de roses dont la France fait une grande consommation pour ses fleurs coupées.

La cueillette commence très tôt le matin au Gülistan, situé dans l’ouest de l’Anatolie, autour de la ville d’Isparta en Turquie. Le Gülistan est aussi appelé le pays des roses. Sa rose damascena (« rose d’été de Damas ») est recherchée par tous les grands parfumeurs.

Remontons en arrière. Nous sommes en 1890, la culture de la rose à parfum est introduite par les immigrants du Bulgaristan.
Les Croisés l’avaient rapportée de Palestine dès le XII° siècle. Elle devint la rosa gallica, celle que l’ont trouve maintenant dans de nombreux jardins.

Notre rose a toutes les nuances : du rose au violet, sa culture prend énormément de place : collines, plaines, champs en terrasses qui forment de longues bandes, des tapis. La demande de l’industrie cosmétique est de plus en plus importante.
Entre mai et juin, les fleurs doubles exhalent un parfum doux, qui monte épicé, suave, capiteux.
Hommes, femmes, cueillent les corolles qu’ils apportent pour la pesée à l’ombre des platanes. Le poids de chaque sac est inscrit.
Les sacs sont véhiculés vers les usines.
Des ingénieurs venus de France surveillent l’élaboration de l’huile de rose afin qu’elle soit de la meilleure qualité. Elle est obtenue par la distillation des pétales soumises à une forte vapeur dans des cuves en cuivre ou d’acier, hautes de plusieurs mètres. L’air est saturé de rose. Chaque cuve est emplie de cinq tonnes de fleurs et d’une tonne et demi d’eau pure. La vapeur condensée est recueillie dans de grandes bouteilles. Une fine couche d’huile jaune pâle, précieuse, flotte à la surface et celle-ci a une très grande valeur. Il faut 4 tonnes de fleurs pour obtenir un kilo d’huile. Elle est décantée, filtrée et conditionnée. La quasi-totalité est exportée à Grasse.
L’absolue de rose est plus rare. A partir de la rose concrète et une fois les cires et paraffines séparées, il ne reste qu’une liqueur de force orientale, très épicée. Patou en utilise dans « Un amour de Patou », mais lui se charge de la transformation de concrète en absolue pour en garantir la constance et la qualité.

Les travailleurs turcs gardent une petite partie de la récolte. Ils s’en occupent dans l’alambic familial. Cela leur rapporte un profit supplémentaire mais aussi la fierté d’être quelque part alchimiste car leurs productions (huile de rose, savons, crèmes, eau de rose presque fluo, shampoings, bonbons, loukoums, confitures) dans des emballages rose nacré sont vendues à Isparta.

Au Maroc, dans le Haut Atlas, la Vallée des Roses est un haut lieu pour la rose « damascena ».

Les paysannes, portant un grand châle berbère empli de boutons de cette rose, livrent leur cueillette pour la pesée. 5 kilos de pétales sont nécessaires pour un seul kilo d’essence. Chaque cueilleur ramasse entre 10 et 15 kilos de fleurs par jour.

La récolte s’effectue en mai, sur vingt-cinq jours et c’est la grande effervescence pour cette rose de petite taille, au teint clair, dont le bouton est jaune vif.

Son terroir est unique et permet de libérer un parfum capiteux. Les jardinets sont balayés par le chergui (vent du Sahara venant du sud-est qui assure une amplitude thermique unique). Les crêtes enneigées permettent des précipitations abondantes.

Grâce à la fraîcheur du matin, l’arôme de cette rose s’épanouit. Guerlain s’y fournit depuis 1934.

L’essence est distillée quelques heures après la récolte, car les pétales ne supportent pas la chaleur, le transport, la lumière, dans des machines aux allures de marmite. A la manufacture Les Arômes du Maroc, douze tonnes sont traitées chaque jour sur le mode traditionnel de trois distillations de trois heures. Au total, la récolte, chaque année, varie de 3 000 à 8 000 tonnes.

Cette rose est utilisée aussi bien pour la cuisine que pour les produits de beauté. De la naissance à la mort, elle accompagne tous les rites religieux.

J\'adore l\'absolu de DiorLes prix de revient font que l’essence de rose est obtenue en laboratoire de manière synthétique. En effet, la production actuelle est insuffisante pour les besoins actuels de la parfumerie.

La rose a le pouvoir de ne pas avoir le même sillage sur les femmes qui la portent. Faisant un retour en parfumerie très remarqué, elle est là où on ne l’attend pas car elle offre un choix illimité associée à de nouvelles matières. Elle s’accorde à toutes les notes et convient à toutes les femmes.

Hormis les mythiques Paris d’YSL et Trésor de Lancôme, la rose est présente dans les parfums suivants et donne donc un effluve différent.

Dans Black XS de Paco Rabanne, la rose Hellébore en note de coeur vous donne des pouvoirs noirs.
Vous serez dynamique grâce à la fraîcheur de la rose en note de coeur dans Dream of Pink de Lacoste.
Toujours dans les notes de coeur pour Chloé by Chloé avec des notes vertes et miellées.
Vous serez douce et sensuelle avec Rose de Paul Smith, la rose est présente dans les notes de tête et de coeur.
Dans les notes de tête et de coeur pour cette rose blanche piquée de poivre rose pour Sheer Stella de Stella McCartney.
La rose turque dans J’adore l’absolu de Dior en note de coeur avec un résultat plus vert, plus fleuri, poudré par rapport à l’original.
La rose de Damas en note de coeur donne à Rose Kashmirie des Parfums de Rosine une flamboyance toute orientale.
Chez Givenchy, la rose est déclinée dans plusieurs versions de Very Irresistible. Notes de coeur et de fond pour le tout premier. Notes de fond pour un été lumineux avec l’Eau d’été. Edition Pétales de roses retrouvent les mêmes notes que pour le premier. RoseBulgare est une édition spécialement créée grâce à une très bonne récolte 2005 qui porte son nom. Rose Centifolia de Châteauneuf de Grasse concerne la récolte 2006. Une rose Liv Tyler a même été créée.
Notes de tête et de coeur pour Kelly Calèche d’Hermès qui donne un cuir à fleur de peau.
Deux roses dans les notes de tête de Rose Essentielle de Bulgari pour une subtile sophistication.

3 Comments

  1. Je ne suis pas trop « rose » en parfum, ce n’est en tout cas pas la note que je préfère….
    En revanche, l’odeur de la rose fleur est délicieuse, surtout maintenant où l’on a de plus en plus de mal à trouver des roses qui sentent quelque chose, à part dans les jardins…

  2. Tous mes amours olfactives remontent à mon enfance et au jardin de ma grand-mère : roses, lilas, muguet. Je plongeais la tête dedans et je respirais jusqu’à l’ennivrement !

Un petit com ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.