Elle est belle la réforme du lycée : le rapport qui remet tout en cause

C’est encore mon cheval de bataille pour au moins un an. Comme vous le savez, Mademoiselle essuie les plâtres de la réforme du lycée depuis qu’elle est en seconde. Et il y a, il faut bien le dire, d’énormes couacs et des ajustements qui sont faits d’année en année. D’ailleurs, au niveau des options pour le bac de l’année prochaine, c’est folklo. Le latin, qui est en coeff 2 actuellement, passe en coef 1. Pas top alors qu’elle en fait depuis qu’elle est en 5ème. Mais pour avoir le coef 2, il faudrait qu’elle est une autre option. Qui dit nouvelle option, dit emploi du temps de folie. Cela peut être possible pour les terminales S, qui en ayant l’option latin peuvent choisir l’option Hist/Géo. Mais pour les ES, rien ne se profile.

Bref, parlons de cette réforme mise en place depuis déjà 2 ans.

On leur avait demandé un rapport avant de faire cette fameuse réforme qui devait donner toutes leurs chances aux élèves et faire remonter certaines filières. Ils ont fait un rapport et la réforme du lycée a donc été lancée sur trois ans. Déjà deux ans qu’on se la coltine et au quotidien, d’année en année, on se rend compte que ceux qui font des rapports ne vivent pas la réalité.

Mais on leur a commandé un nouveau rapport. Et leurs conclusions ne sont pas concluantes. Désolée du vilain jeu de mots. Mais tout ça pour ça. Il faut bien dire que les objectifs ne sont pas atteints.

Le rapport de 2011, qui donnait de très bons résultats, est donc remis en cause. En effet, en 2011, ils avaient tout simplement trié les données et s’étaient basés sur les établissements qui avaient mis en place pratiquement le tout sans anicroches. Mais là, toutes les académies sont concernées (bonnes ou celles à difficultés).

Le Ministère de l’Education voulait que les filières L et technologiques puissent être rééquilibrées. Sauf que ce n’est pas ce que l’on voit. La filière L est peut-être un peu plus choisie, certes, mais elle est contrebalancées par le taux de passage dans les filières générales. Et on constate que la filière S plait toujours autant et que les élèves, et leurs parents, choisissent celle-ci avec pratiquement une augmentation de 3%. Et, comme j’ai appris, que le passage entre la première et la terminale est pratiquement toujours acquis, même si les élèves n’ont pas le niveau, on se demande qui va ressortir gagnant de tout ça.

Ah, les fameux stages passerelle, de remise à niveau. Les élèves pouvaient changer de filière comme ça, les deux doigts dans le nez, en suivant des cours de rattrapage pendant une semaine. Cela a été le cas dans la classe de ma fille. Cela s’est fait pendant les vacances de la Toussaint. Un passage de S en ES. Et bien, l’élève n’a suivi aucun stage. Elle a dû se débrouiller toute seule pour rattraper les cours et son retard. Donc, ce que le rapport constate c’est que ces stages sont surtout destinée à orienter les élèves, dont on ne veut plus, vers le secteur professionnel. Ce qui fait baisser les chiffres et donc permettra au gvt, s’il est réélu, de continuer à baisser le nombre d’enseignants.

Comme je l’ai déjà écrit. L’accompagnement personnalisé n’est pas personnalisé du tout. Je le remarque encore cette année. On ne propose rien qui vaille aux élèves. Certains profs sont surtout là pour être payés en heures supplémentaires. Ils laissent les élèves devant un ordi, peuvent leur apprendre des méthodes de travail (bien en soi) ou donner des cours de soutien en maths. Mais lorsque l’élève est bon, qu’est-ce qu’il fait ? Il s’ennuie. Donc, il perd deux heures de son temps. Mais l’AP est malheureusement obligatoire. En tous les cas, le rapport montre que seuls les enseignants sont responsables de l’échec de l’AP. Pourtant, si on avait donné la possibilité aux professeurs de choisir ce qu’ils voulaient faire et surtout accéder aux désirs de l’élève rempli sur une fiche en début d’année, l’AP aurait pu fonctionner. Car travailler en groupes d’une vingtaine de personnes, ce n’est plus d’AP dont on parle, mais tout simplement de cours, voire de garderie.

Dans un autre article, je vous parle de la nouvelle réforme du bac en perspective, pour l’année 2013, si la droite passe en mai.

Comments
3 Responses to “Elle est belle la réforme du lycée : le rapport qui remet tout en cause”
  1. Ohh que je comprends ta colère!!!!!
    Ma fille est en seconde cette année.
    Elle se tape une option alors qu’elle ne l’avait pas choisie: SI.
    Bref.

    L’accompagnement personnalisé, effectivement, il faudrait probablement le cibler sur les élèves qui en ont besoin. Ce serait plus logique.

  2. heidi dit :

    Le mal réside dans la génération "bac" comme un sésame pour devenir un adulte. Mais qu’en faire de ce bac quand il ne vaut pas un clou ?

    L’orientation en filières pro est tellement mal vécue que les classes techno et générales récupèrent tout le monde. Le niveau est tiré vers le bas mais on maintient artificiellement les chiffres de réussite, ça arrange tout le monde. Les parents fiers de leurs rejetons, les profs qui sont contents d’avoir des classes, les chefs d’établissement pour leurs chiffres.

    La filière L a pris du plomb dans l’aile. Les bons éléments se trouvent perdus avec des âmes en peine qu’ils se traineront jusqu’au bac.

    Les ES s’accrochent et ont plus de chance, c’est le bac le plus équilibré au niveau des coefs, donc ça dégraisse pas mal les élèves mal orientés.

    Les S n’ont pas de menace. C’est la filière "parapluie", toujours à l’abri de pouvoir choisir sa future scolarité.

    Puis le bac c’est un peu comme les labels faut voir dans quel bahut on l’a eu, la "traçabilité" ressort un jour, notamment pour les dossiers des grandes écoles. Parce que "l’harmonisation" des notes c’est l’achat de la paix sociale. Soigner un mal que l’on fabrique dès l’entrée en seconde. 8 jeunes sur 10 doivent l’avoir, est-ce un cadeau ? le formatage devrait laisser place à de vrais formations.

    Voila mon retour d’expérience. Quant aux éternelles réformes, il y en aura tant qu’il y aura des élèves. C’est récurrent, ça fait pas avancer les choses mais ça doit faire plaisir à ceux qui les commandent.
    Ne te tracasse pas, ta fille s’en sortira ;-)

    • Angélita dit :

      @Heidi, avec ce que l’on vit actuellement pour la filière ES, c’est ce que j’aurai pensé mais cette année ce n’est pas le cas à cause de la pression des parents sur les chefs d’établissement. Certains se trouvent en ES, ne foutent rien et n’ont absolument pas le niveau. Et c’est vrai que pour les grandes écoles, il faut avoir le bac avec mention mais surtout un dossier scolaire avec des moyennes qui ne changent pas et qui ne font pas de gros écarts.
      @Chrys, et c’est la deuxième année de la réforme pour la seconde. Donc, il n’y a pas eu de changements.

Un petit com ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 784 autres abonnés

%d bloggers like this: