Vacances italiennes #3

Parlons maintenant un peu shopping.

En Italie, c’était encore les soldes et nous en avons un peu profité.

Mademoiselle était partie pour s’acheter des vêtements, des chaussures et des CD d’un groupe italien. Elle n’a pas trouvé les chaussures, elle n’a pas trouvé tous les CD qu’elle recherchait. Elle a acheté des T-shirts (encore !) dès le premier jour à Brescia. Comme je le disais, cette partie de l’Italie est assez riche et on trouve énormément de boutiques de luxe et de nombreuses boutiques que nous ne trouvons pas en France.

Lors de notre journée à Milan, nous avons pu vraiment nous en rendre compte encore plus. D&G, Vuitton, montres, maroquineries, bijoux, tout y passe. Le cadre est magnifique et s’y prête. De plus, comme chacun sait Milan est aussi la capitale de la mode et a un nombre assez important de créateurs.


Nous n’étions quand même pas partis pour acheter dans ces boutiques, loin de là. Mais j’ai beaucoup aimé les encarts publicitaires dédiés aux parfums des marques italiennes. Ils sont énormes, étonnamment bien mis en valeur. Cela sent le luxe…

Nous voulions aussi voir les bars mode. Il en existe trois à Milan. Nous avions vu celui de D&G sur Internet et cela nous semblait sympa d’aller voir ça. Pour voir on a vu, c’est à dire rien. Serait-il en rénovation ? Il y a quatre ou cinq boutiques D&G dans la rue et suivant l’adresse donnée dans le plan (15, corso Venezia), le bar Martini se situerait donc, d’après ce que l’on en a vu, dans une petite cour. Nous n’avons pas osé passé la petite porte. Ensuite, il y avait l’Oyster Bar PerrierJouët. Situé dans un grand magasin style Galeries Lafayettes en plus chic (piazza del Duomo, La Rinascente),  il a fallu monter sept étages avant de se retrouver dans la partie consommation, achat de denrées du magasin. L’Oyster Bar n’est vraiment pas chic du tout. C’est vrai qu’il donne près de la terrasse mais le comptoir est assez petit, il y a quelques tabourets et cela ne fait vraiment pas cosy avec cette ambiance et ce bruit alentour. De ce côté-là, Milan a tout raté. Le troisième bar est celui de Marc Jacobs, mais nous ne l’avons même pas cherché.

Je voulais essayer de me trouver une paire de bottes cavalières, mais bouh, je n’ai pas trouvé.

Il faut aussi dire que les boutiques que nous avons en France sont quand même aussi beaucoup plus avenantes en Italie. N’étant pas une spécialiste d’H&M car je trouve les vêtements de très mauvais goût et moches et surtout de très mauvaise qualité, la boutique de Milan donne envie d’y entrer par rapport à celle de Marseille. Mais comme je l’ai dit, je ne suis pas clientèle, donc je n’ai pas vu l’intérêt d’y entrer.

Dans certains magasins, les employés sont serviables. En définitive, là aussi, c’est comme chez nous.

Il existe aussi de véritables centres commerciaux dédiés aux magasins d’usine. Nous avions la possibilité pour 3 centres, dont un très éloigné. Le mauvais temps nous a fait préférer le plus proche. 160 boutiques de marques, proposant pas mal de rabais. Ce n’est pas pour ça que la folie acheteuse nous a pris. L’homme a trouvé pas mal de T-shirts et polos chez Nike, et cela valait le coup. Pour ma part, un jean et une ceinture Levi’s. Mademoiselle a pu se trouver un sac sympa pour pas cher du tout. Un sac Guess nous tentait bien à toutes les deux. Mais ramener un sac Guess au lycée avec le nom bien voyant, ce n’était pas top donc nous les avons laissés en magasin.

Par contre, j’ai été déçue par ce que proposaient des marques de luxe. Des vêtements affreux aux prix assez excessifs tout de même, surtout lorsque l’on a l’habitude de faire les ventes privées. Personnellement, j’ai trouvé que prix et qualité se trouvaient chez Guess.

Autrement, pas mal de magasins de sous-vêtements, pour le sport il n’y a que Nike qui s’en sort haut la main. Magasins aussi pour les ustensiles de cuisine, la maison, gadgets sympas, bijoux et un chocolatier Lindt. Nous en avons profité pour acheter deux-trois barres de chocolat, c’est tout je vous assure.

Nous trouvons les mêmes enseignes chez nous dans les centres commerciaux où se trouve un hyper.

Après que ce soit Brescia, Milan, Vérone, Sirmione, ce sont soit des petites boutiques ou la boutique de marque et donc de luxe.

Nos achats n’ont donc pas été si importants que ça.

Par contre, j’ai été désespérée car je n’ai absolument pas trouvé d’épiceries typiques où j’aurais pu acheter des amaretti (idéal pour faire le tiramisu), et des pandoro. Je pensais pouvoir en trouver de beaucoup moins chers que ceux que j’achète dans mon épicerie italienne. Les amaretti ont été trouvés dans un Auchan et pas de pandoro, mais comme l’a dit Mademoiselle, ce n’est pas la saison.